Buddy McNeil & the Magic Mirrors

Tadoussac, juin 2011

Membre(s) du groupe
Alexis Roberge — voix, guitare
Nicolas Beaudoin — guitare
Sébastien Paquin — batterie
Izi LaTerreur — basse

Épisode tourné le: 10 juin 2011
Lieu: Le Centre d’interprétation des mammifères marins, Tadoussac

Facebook
Bandcamp





Résumé de l’épisode

C’est avec le groupe Buddy McNeil & the Magic Mirrors que nous avons commencé les enregistrements de Stéréo-Séquence à Tadoussac cet été. Nous ne connaissions pas vraiment ce groupe de Montréal qui a fait paraître en mars 2011 l’album «Introducing once again Buddy McNeil and the Magic Mirrors».

Comme nous ignorions à quoi pouvait ressembler les membres du groupe, nous avions passé une partie de la soirée la veille du tournage aux aguets à l’entrée du Café du Fjord pour essayer de les repérer et ainsi leur demander où et quand ils aimeraient passer devant nos caméras. Par chance, nous les avons croisés juste avant leur spectacle ce soir là et nous nous sommes donnés rendez-vous à l’Église de Tadoussac le lendemain midi.

Nous sommes donc allés les rejoindre avec beaucoup d’enthousiasme vu qu’il s’agissait de notre premier tournage à Tadoussac et aussi un peu troublés car nous venions de perdre une caméra dans les eaux du fjord quelques minutes à peine avant le début de l’enregistrement. Par chance, nous avons eu droit à quatre personnes sympathiques et tout à fait détendues, ce qui a eu pour effet de nous relaxer nous aussi. Nous avons alors pu mettre en place notre équipement proche de l’entrée principale du Centre d’interprétation des mammifères marins.

En images
Partie 2 — “Home Sweet Home”

Une fois l’enregistrement débuté, nous avons dû subir les bruits de jeunes qui arrivaient d’une expédition et qui ne se souciaient pas du boucan qu’ils faisaient, et ce, malgré le fait que nous étions en tournage juste à côté d’eux. Nous avons aussi dû demander à des travailleurs s’ils voulaient bien cesser d’utiliser leurs scies et perceuses pendant les 20 minutes dont nous avions besoin pour immortaliser Buddy McNeil & the Magic Mirrors, ce qu’ils ont bien voulu faire.

Nous avons choisi la chanson « Last Train To Conway » dès que nous l’avons réécoutée à notre retour. La version low-fi qu’ils nous ont livrée nous a plu à la première écoute. La voix éraillée du chanteur, la simplicité de leurs arrangements ainsi que leur complicité nous a permis de capter un moment d’une aisance déroutante. Assis sur ce gros rocher à Tadoussac, Buddy McNeil & the Magic Mirrors nous ont livré une performance tout en efficacité. Une fois l’enregistrement terminé, ils ont eu la générosité de nous offrir un exemplaire de leur nouvel album. Ce dernier fait d’ailleurs partie de nos coups de cœur musicaux de l’année 2011 et a meublé tout notre été.

— Jérôme Kearney