Keith Kouna

St-Augustin-de-Desmaures

Membre(s) du groupe
Keith Kouna — voix, guitare

Épisode tourné le: 07 juillet 2011
Lieu: St-Augustin-de-Desmaures,Qc.

Bandcamp
Facebook





Résumé de l’épisode

Ayant fait vivre de nombreux moments de folie à tous les ivrognes friands de soirées folles et suintantes dans les bars de Québec à une certaine époque au sein des Goules, Keith Kouna est un personnage majeur et essentiel à la vitalité de la scène musicale alternative de la Capitale. Il fait partie de ces artistes incontournables qu’on suit partout, qu’on revoit en spectacle sans compter les fois et qui savent nous surprendre à tout coup.

Avec « Les Années Monsieur », son premier album solo sorti en 2008, il a réussi à prouver qu’il était possible pour un personnage aussi éclectique de nous faire voyager à travers de son univers plus personnel. Un savoureux mélange d’humour et de détresse, qui laisse présager une très longue carrière musicale à cet auteur, compositeur, poète et interprète de Québec.

Pour Stéréo-Séquence, c’est chez lui qu’il nous avait donné rendez-vous. Quelque part dans un champ à Saint-Augustin-De-Desmaures, avec au bout une petite cabane, isolée, où il y passe ses étés. Une terre qui sort de nulle part, mais qui a sa place, à l’image de Keith Kouna dans notre paysage musical. C’est avec beaucoup de respect pour le lieu et immensément d’estime pour l’authenticité de Keith que nous avons entrepris d’enregistrer sa performance pour notre projet. Malgré la présence perturbante pour nous d’un journaliste pour la télévision, nous avons beaucoup apprécié le tournage de cet épisode. Un moment intense, d’une grande candeur, chaleureux mais aussi déstabilisant. Car en jouant Rue Richard et Tarentule, isolé au beau milieu d’un champs entouré de rien, il ne faisait aucun doute de la sincérité de cet artiste intense et au sommet de son art.

Sous la merveilleuse lumière de ce coin de pays, il aura été généreux avec nous, nous laissant entrer dans son monde l’instant de quelques chansons, sans aucune pudeur et prétention, mais avec ce petit côté givré qui fait de lui un artiste unique qui n’a pas volé sa place au sein des plus grands paroliers du Québec.

— Jérôme Kearney

En images
Partie 2 — “Tarentule”