Jet Black

St-Étienne-de-lauzon

Membre(s) du groupe
Francis Berthelot — Guitare
Jean-Philippe Laforge — Batterie
Philippe St-Laurent — voix, guitare
Stephanie Vezina — Basse

Épisode tourné le: 30 juillet 2011
Lieu: Studio l’Oreille Gauche, St-Étienne-de-lauzon, Qc.

Site officiel
Facebook





Résumé de l’épisode

Je ne sais pas encore ce qu’il y a en eux. Quelque chose comme de la neige qui tombe. Les vieux amis sont peut-être nerveux dans l’écrin de laine du studio, mais tout demeure étouffé, pesant, dans l’attente.  La console fait son insolente -immense- au centre de la pièce; on dirait un autel; d’ailleurs, on la traite comme tel. Tout le matériel ici semble posséder une âme.  Les doigts dansent sur le clavier et tout le monde prend son temps pour que ça se crée; pour que l’intimité se fraye un chemin à travers nous.
Au début, les notes s’entassent, molles, les unes sur les autres. On boit de l’eau. On rit un peu. On essaye de changer les choses, les façons de faire. Mais ça ne marche jamais quand on essaie de modifier le feeling; de le nommer; de le faire passer dans les fils d’une autre façon pour «se faire un beau son….» J’entends tout le monde réfléchir tout haut il me semble…  Et puis tout change. Les regards deviennent lents, et le moment arrive.  

Muselé dans le filage des micros, c’est comme une berceuse, ou quelque chose de fragile que l’on se garde pour les jours de pluie. Pour les moments où l’on ne retient plus rien de nous-même, où l’on se déserte, où l’on ne s’habite plus. Où l’on cherche quelque chose d’assez vrai pour se retenir; pour se replacer le cœur. Les petites lumières clignotent et la musique s’écrit. Si on a repris l’enregistrement plus d’une fois, je ne le sais pas, j’étais trop attentive, trop immobile pour comprendre autre chose.

 Je ne sais pas encore si ça vient d’eux, ou si c’est qu’ils savent que trop bien écouter l’écho des paroles qui tremblent en nous. Mais ça se passe. Je vois presque le bord du monde où l’on s’est arrêté pour entendre, et je demeure sans mots. J’écoute simplement ce qui se tait en moi. Le temps éclate. Je ne suis plus qu’à un seul endroit. Celui qu’on cherche. À grandeur de jour.

— Élizabeth Dubois
Après Réjean

En images
Partie 2 — “Control”