The Sainte-Catherines

Saint-Roch, juin 2011

Membre(s) du groupe
Hugo Mudie — voix
Fred Jacques — guitare
Louis Valiquette — guitare
Marc-André Beaudet — guitare

Épisode tourné le: 4 juin 2011
Lieux: Les loft du soleil / Scanner Bistro — Saint-Roch, Ville de Québec

Site officiel
facebook
Twitter





Résumé de l’épisode

Enregistré dans le mythique monte-charge situé dans l’immeuble abritant le Scanner à Québec, il s’agissait pour nous du premier groupe connu à la grandeur de la province à jouer devant nos caméras. Après avoir passé plusieurs soirées à tester notre matériel, nous nous sentions finalement d’attaque pour réaliser ce Stéréo-Séquence avec The Sainte-Catherines. Capté juste avant leur test de son en vue de leur spectacle au Scanner début juin 2011, Hugo Mudie et Fred Jacques auront été d’une générosité encore inégalée à ce jour. Nous avons eu droit en tout à neuf chansons, toutes interprétées avec intensité et charisme. Dès la fin de la première prise, nous savions que nous assistions à un moment unique et nous avions aussi le sentiment que nos six mois de travail précédant cette soirée en valait la peine.

Du rock épuré à la sauce acoustique, par deux vétérans de la scène punk du Québec. Quoi demander de mieux pour une première expérience ? Nous sentions parfaitement la complicité qui unit ces deux artistes et notre caméra aura su mémoriser cette ambiance sans trop d’effort de notre part. Le lieu fonctionnait parfaitement avec leur attitude et leur musique, nous avons donc laissé aller les deux amis sans jamais arrêter notre caméra d’enregistrer. Aucune pause entre les chansons, décidant au fur et à mesure quelle serait la prochaine qu’ils nous interpréteraient. Nous aurons eu droit à une générale intime et improvisée, et ce, quelques instants seulement avant leur spectacle.

En images
Partie 2 — “First day of my life”

Il y a de ces moments qui brillent de perfection de par leur imperfection. C’est ce qui est arrivé quand ils y sont allés de leur version de “First day of my life” de Bright Eyes. Pas parce qu’ils n’étaient pas à la hauteur, loin de là, mais parce qu’ils n’étaient pas sensés être filmés; parce qu’on était supposé la reprendre; parce que la caméra n’était pas parfaite, etc. Mais parce que toutes ces raisons ne valent pas le moment, nous l’avons quand même gardée. Peut-être parce qu’on est moins conscient de son image quand on est “off the camera”; parce que c’est plus brut; parce que c’est plus vrai; parce que Stéréo-Séquence c’est aussi tout ça… Un moment sans préparation, sur le vif, qu’il soit parfait ou imparfait. Il s’agit encore à ce jour de la seule fois où nous avons eu droit à des plaintes concernant notre droit de tournage. Heureusement, aucune répercussion négative n’émanera de cette prestation.


– Jérôme Kearney et Jimmy Voyer

Partie 3 — “Fairy tale of Montreal”