Journée # 2 du SMIQ, où après avoir fait 2 enregistrements de Stéréo-Séquence c’était maintenant à mon tour d’être d’office pour les photos des spectacles en soirée. Il faut savoir que le SMIQ c’est intense. Il y a des shows un peu partout en ville à chaque soir et les soirées que nous avions à photographier débutaient à 23h et qu’elles se terminaient vers les 1h30 du matin. Les spectacles sont courts, à peine 25 minutes. Juste assez pour tenter d’épater les curieux venus écouter et regarder dans le but de faire une place aux artistes dans leur programmation d’événements ou de salles de spectacles. Bref, il s’agit d’un événement promotionnel, mais qui donne un très bon aperçu de la vitalité de la relève musicale au Québec.

La soirée #2 débutait avec le spectacle de Fanny Bloom venue présenter son nouveau matériel solo depuis la dissolution de son groupe La Pathère Rose. Nerveuse, elle aura tout de même réussi à charmer. Avec des textes solides et des mélodies efficaces, nuls doutes que son album connaîtra un énorme succès et que nous aurons la chance de la voir en spectacle un peu partout cet été. Son nouvel album maintenant disponible en est la preuve, elle a tout pour plaire avec sa voix et son charisme. À voir au Cercle cette fin de semaine (le 10 mars) avec en première partie Groenland.

Lors des soirées SMIQ, tout est réglé au quart de tour. À peine ais-je le temps de me commander une bière que le groupe suivant est sur scène et prêt à livrer la marchandise. Cette fois c’est au tour de Peter Peter de nous montrer de quoi il est capable. Fort d’un excellent album sorti en Mars 2011, il débute le spectacle de manière intense mais intime à la fois. C’est qu’il parle peu ce Peter et qu’il laisse toute la place à sa musique. C’est après 2 chansons qu’il prendra la place qui lui revient, se laissant aller et se déchaînant sur sa musique. Avec un bon mélange de folk, de rock et d’électro, Peter Peter gagne certainement à être connu. À voir bientôt sur notre site web en performance électrique !

Le temps de prendre 4 gorgées de la bière que j’avais commandé avant le spectacle de Peter Peter que c’est au tour de Karim Ouellet de prendre sa place. Mission réussie pour cet artiste de Limoilou qui aura dégagé une confiance et une maîtrise hors pair tout au long de son spectacle. C’est qu’il a beaucoup d’expérience de scène ce Karim et cela paraît instantanément. Il sait aller chercher un publique, avec ses airs accrocheurs alliant folk et reggea, parfois un peu rock et son aisance à faire participer une foule qui n’est pas toujours à l’écoute. J’ai trouvé qu’accompagné sur scène par des musiciens, sa musique prenait tout son sens et j’ai beaucoup aimé son spectacle. C’est un artiste dont on n’a pas fini d’entendre parler et de voir, ça c’est garanti.

Après avoir terminé ma bière achetée après le show de Fanny Bloom (il me restait quelque gorgée encore !) , Midnight Romeo avait l’ingrate tâche de se faire valoir aux alentours de 1h du matin, devant une salle qui s’était vidé peu à peu après le tour de force de Karim Ouellet. Ne ménageant pas leurs forces, ce groupe qui mélange pop, rock et disco aura certainement conclue cette soirée en faisant lever et taper du pied le reste du monde présent. C’est le genre de groupe qui partout où il passera saura faire lever le party. Avec une chanteuse plus que charismatique et un band plus que professionnel, il va s’en dire qu’il s’agit bel et bien d’une machine prête à faire danser n’importe qui et ce n’importe où et n’importe quand !

Jérôme